Une nouvelle inscription découverte à Combas (mars 2017)

 

En mars 2017, Roland Bonnaud, connu pour ses travaux archéologiques sur la commune de Combas, nous a signalé la découverte d’une stèle inscrite utilisée en réemploi dans une maison du centre ancien du village.

Le monument a fait l’objet d’une analyse détaillée qui sera publiée sous peu dans un article de la Revue Archéologique de Narbonnaise.

Voici quelques éléments de cette analyse :

Le monument est une stèle funéraire à fronton triangulaire qui porte l’épitaphe de deux individus de statut pérégrin dont la dénomination permet également de connaître le nom des pères des défunts. C’est donc au total quatre noms de pérégrins, disposant du droit latin, que cette inscription nous révèle.

Combas a déjà livré six inscriptions, dont certaines anciennement découvertes, sont difficiles à localiser. Ces documents épigraphiques, comme la documentation archéologique, donnent l’image d’un petit monde où persistent les traditions locales mais où l’influence romaine se fait sentir.

Le nouveau texte et les données onomastiques qu’il recèle viennent confirmer cette image. L’analyse des noms des défunts, Messina, fille de Messor et Paternus, fils de Virillio met en évidence le voisinage – puis le rapprochement et le mélange – de lexiques onomastiques latin et celtique révélateurs de la transition anthroponymique à l’œuvre dans ce territoire provincial. Les cartes de répartition des noms incitent aussi, par la mise en évidence de concentrations significatives de certains noms – alors que d’autres se retrouvent sur l’ensemble du territoire –, à traiter le territoire de la cité de Nîmes comme un espace fragmenté, dans lequel il est possible d’identifier des sous-ensembles mais aussi comme un tout au sein duquel ces sous-ensembles s’articulent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *