Monuments épigraphiques de Sabran : problèmes autour de l’inscription de Scatnilla

Dans le cadre du travail d’intégration des données dans la base informatisée Archaepigraph (voir dans l’onglet Documents, l’article Ouriachi et al. 2014), nous avons travaillé sur la documentation provenant de la commune de Sabran, située à proximité de Bagnols-sur-Cèze, dans la partie nord-est du territoire de la cité de Nîmes.

Le décompte préalable pour la commune de Sabran était de 4 inscriptions, toutes – a priori – localisées dans le hameau de Colombiers (voir la recension dans M. Provost et al, Carte archéologique de la Gaule, Le Gard, 30/3, p. 548-549, notice 225).

L’un des monuments inscrits (CIL, XII, 2738 ; HGL, XV, 1591) portait, d’après O. Hirschfeld, qui suivait la transcription fournie par Joseph-Marie Suarès (évêque de Vaison-la-Romaine en 1633 puis après 1636 vicaire à Saint-Pierre de Rome et garde de la bibliothèque Vaticane), l’inscription suivante : Scatnillae / Senilis fil. / s. l.

Or, ce nom, peu usité, nous a conduits – grâce à une recherche sur la base allemande Clauss-Slaby, sur les traces d’une autre inscription, localisée par O. Hirschfeld à Dijon, et donc répertoriée dans le CIL XIII : il s’agit de l’inscription CIL, XIII, 5567. Cette dernière, selon la restitution d’O. Hirschfeld comporte exactement les mêmes éléments que l’inscription de Sabran, à une lettre près, la lettre E qui se trouve à la ligne 1.

Pour le monument de Dijon, O. Hirschfeld se réfère à Paul Lejay (Inscriptions antiques de la Côte-d’Or, 1889) qui lui-même cite l’ouvrage publié en 1710 par François Baudot (Lettres en forme de dissertation sur l’ancienneté de la ville d’Autun et sur l’origine de celle de Dijon, consultable sur le site de la BNF). François Baudot y évoque « les monuments qui sont dans ma cour & tous ceux qu’on voit en plusieurs autres maisons étant de même goût et tirés des tours qui ont été démolies depuis deux cents ans ». Suit la liste des monuments et les maisons particulières où ils sont exposés.

Parmi les monuments qui sont en sa possession se trouve l’inscription de Scatnilla, dont il précise qu’elle est entière, et dont il fournit le dessin, en l’occurrence le texte (p. 104). Ce dernier a servi à O. Hirschfeld qui le publie tel quel dans le volume XIII du CIL (Scatnilla / Senilis fil / s. l.)

Or cette inscription est conservée au musée archéologique de Dijon et le texte en est parfaitement lisible :

SCATNILLAE

SENILIS . FIL

En revanche, en l’état actuel de la conservation du monument, il n’est pas possible de restituer une troisième ligne.

Ainsi, la lecture qu’il convient de donner à ce texte est celle proposée par Suarès (à propos de l’inscription de Sabran) mais il paraît difficile de ne pas attribuer le monument à Dijon (puisque François Baudot en donne la provenance et évoque même une troisième inscription qu’il a lui même extraite des « fondements de la tour »). Comme il semble difficile d’imaginer qu’une deuxième inscription a pu comporter le même texte, avec le même nom – rare – de femme et la même filiation, il semble qu’il faille retrancher cette inscription du corpus de Sabran. O. Hirschfeld lui même dans la présentation de l’inscription dans le volume XIII semble aller dans ce sens.

Reste à découvrir comment ce texte a été porté à la connaissance de Suarès qui évoque ce monument dans une lettre au cardinal Francesco Barberini en 1661, donc un demi-siècle avant Baudot …

Marie-Jeanne Ouriachi (CEPAM UMR 7264, Université de Nice)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *