Archives de catégorie : Nîmes

Monuments épigraphiques de Sabran : problèmes autour de l’inscription de Scatnilla

Dans le cadre du travail d’intégration des données dans la base informatisée Archaepigraph (voir dans l’onglet Documents, l’article Ouriachi et al. 2014), nous avons travaillé sur la documentation provenant de la commune de Sabran, située à proximité de Bagnols-sur-Cèze, dans la partie nord-est du territoire de la cité de Nîmes.

Le décompte préalable pour la commune de Sabran était de 4 inscriptions, toutes – a priori – localisées dans le hameau de Colombiers (voir la recension dans M. Provost et al, Carte archéologique de la Gaule, Le Gard, 30/3, p. 548-549, notice 225).

L’un des monuments inscrits (CIL, XII, 2738 ; HGL, XV, 1591) portait, d’après O. Hirschfeld, qui suivait la transcription fournie par Joseph-Marie Suarès (évêque de Vaison-la-Romaine en 1633 puis après 1636 vicaire à Saint-Pierre de Rome et garde de la bibliothèque Vaticane), l’inscription suivante : Scatnillae / Senilis fil. / s. l.

Or, ce nom, peu usité, nous a conduits – grâce à une recherche sur la base allemande Clauss-Slaby, sur les traces d’une autre inscription, localisée par O. Hirschfeld à Dijon, et donc répertoriée dans le CIL XIII : il s’agit de l’inscription CIL, XIII, 5567. Cette dernière, selon la restitution d’O. Hirschfeld comporte exactement les mêmes éléments que l’inscription de Sabran, à une lettre près, la lettre E qui se trouve à la ligne 1.

Pour le monument de Dijon, O. Hirschfeld se réfère à Paul Lejay (Inscriptions antiques de la Côte-d’Or, 1889) qui lui-même cite l’ouvrage publié en 1710 par François Baudot (Lettres en forme de dissertation sur l’ancienneté de la ville d’Autun et sur l’origine de celle de Dijon, consultable sur le site de la BNF). François Baudot y évoque « les monuments qui sont dans ma cour & tous ceux qu’on voit en plusieurs autres maisons étant de même goût et tirés des tours qui ont été démolies depuis deux cents ans ». Suit la liste des monuments et les maisons particulières où ils sont exposés.

Parmi les monuments qui sont en sa possession se trouve l’inscription de Scatnilla, dont il précise qu’elle est entière, et dont il fournit le dessin, en l’occurrence le texte (p. 104). Ce dernier a servi à O. Hirschfeld qui le publie tel quel dans le volume XIII du CIL (Scatnilla / Senilis fil / s. l.)

Or cette inscription est conservée au musée archéologique de Dijon et le texte en est parfaitement lisible :

SCATNILLAE

SENILIS . FIL

En revanche, en l’état actuel de la conservation du monument, il n’est pas possible de restituer une troisième ligne.

Ainsi, la lecture qu’il convient de donner à ce texte est celle proposée par Suarès (à propos de l’inscription de Sabran) mais il paraît difficile de ne pas attribuer le monument à Dijon (puisque François Baudot en donne la provenance et évoque même une troisième inscription qu’il a lui même extraite des « fondements de la tour »). Comme il semble difficile d’imaginer qu’une deuxième inscription a pu comporter le même texte, avec le même nom – rare – de femme et la même filiation, il semble qu’il faille retrancher cette inscription du corpus de Sabran. O. Hirschfeld lui même dans la présentation de l’inscription dans le volume XIII semble aller dans ce sens.

Reste à découvrir comment ce texte a été porté à la connaissance de Suarès qui évoque ce monument dans une lettre au cardinal Francesco Barberini en 1661, donc un demi-siècle avant Baudot …

Marie-Jeanne Ouriachi (CEPAM UMR 7264, Université de Nice)

Une nouvelle inscription découverte à Combas (mars 2017)

 

En mars 2017, Roland Bonnaud, connu pour ses travaux archéologiques sur la commune de Combas, nous a signalé la découverte d’une stèle inscrite utilisée en réemploi dans une maison du centre ancien du village.

Le monument a fait l’objet d’une analyse détaillée qui sera publiée sous peu dans un article de la Revue Archéologique de Narbonnaise.

Voici quelques éléments de cette analyse :

Le monument est une stèle funéraire à fronton triangulaire qui porte l’épitaphe de deux individus de statut pérégrin dont la dénomination permet également de connaître le nom des pères des défunts. C’est donc au total quatre noms de pérégrins, disposant du droit latin, que cette inscription nous révèle.

Combas a déjà livré six inscriptions, dont certaines anciennement découvertes, sont difficiles à localiser. Ces documents épigraphiques, comme la documentation archéologique, donnent l’image d’un petit monde où persistent les traditions locales mais où l’influence romaine se fait sentir.

Le nouveau texte et les données onomastiques qu’il recèle viennent confirmer cette image. L’analyse des noms des défunts, Messina, fille de Messor et Paternus, fils de Virillio met en évidence le voisinage – puis le rapprochement et le mélange – de lexiques onomastiques latin et celtique révélateurs de la transition anthroponymique à l’œuvre dans ce territoire provincial. Les cartes de répartition des noms incitent aussi, par la mise en évidence de concentrations significatives de certains noms – alors que d’autres se retrouvent sur l’ensemble du territoire –, à traiter le territoire de la cité de Nîmes comme un espace fragmenté, dans lequel il est possible d’identifier des sous-ensembles mais aussi comme un tout au sein duquel ces sous-ensembles s’articulent.

Le groupe de recherche répond à l’appel à projets 2016 du Labex ARCHIMEDE

Notre équipe a répondu, pour l’heure sous la forme d’une déclaration d’intention, au 4ème appel à projets du Labex ARCHIMEDE (Archéologie et Histoire de la Méditerranée et de l’Egypte ancienne) LabEx  ANR-11-LABX-0032-01.

EpiSpat : familles de notables et développement territorial dans les cités antiques de Nîmes et de Fréjus, l’apport de l’épigraphie spatiale.

Coordonné par Christophe PELLECUER, ce projet porte sur le rôle des notables locaux dans le développement des territoires des cités de Nîmes et de Fréjus durant l’Antiquité. Pour réaliser cette étude, seront mobilisés deux types de sources, épigraphiques et archéologiques, afin de localiser les biens fonciers des notables (qui ont exercé une magistrature ou un sacerdoce dans le chef-lieu de cité) – et ceux confiés à leurs dépendants (affranchis, esclaves, clients) – dans le territoire de la civitas (espace rural, « agglomérations secondaires » mais aussi espace péri-urbain de Nîmes et de Fréjus).  L’étude du contrôle exercé par les familles de notables sur le territoire, par le biais de leurs propriétés foncières,  permettra d’évaluer leur rôle dans la structuration et le développement différencié des espaces de la civitas. A titre d’exemple, quel rôle les familles de notables ont-elles joué dans la mise en valeur de la plaine du Lunellois au Ier siècle de notre ère, dont témoigne la forte croissance du nombre des établissement ruraux ? Les chefs-lieux de cité ont-ils exercé un pouvoir d’attraction sur ces familles, favorisant une implantation préférentielle dans leur proche périphérie ? Quel type de relation entre ville et espace rural ces notables contribuent-ils à mettre en place ?
Les résultats du projet seront présentés dans le cadre d’un colloque qui permettra de mettre en perspective les résultats obtenus pour Nîmes et Fréjus avec des comparaisons sur d’autres cités de l’Empire.

Dépôt du dossier complet sous quelques jours. Résultat de l’appel d’offre sous quelques semaines.

ArchaEpigraph

ArchaEpigraph est un programme de recherche dédié à « l’épigraphie spatiale » qui porte sur les apports de l’épigraphie à la connaissance des évolutions ayant affecté les territoires conquis par Rome, durant l’Antiquité. Cette approche de l’épigraphie est née du même processus réflexif que celui qui a permis naguère l’émergence de l’archéologie spatiale dans le sillage de l’archéologie : elle implique un changement de perspective dans la mesure où l’espace devient l’objet d’étude et l’information épigraphique et/ou archéologique, une des propriétés de cet espace. Continuer la lecture