OBJECTIF

Adgonettus      ArchaEpigraph est un programme de recherche dédié à « l’épigraphie spatiale » qui porte sur les apports de l’épigraphie à la connaissance des évolutions ayant affecté les territoires conquis par Rome, durant l’Antiquité. Cette approche de l’épigraphie est née du même processus réflexif que celui qui a permis naguère l’émergence de l’archéologie spatiale dans le sillage de l’archéologie : elle implique un changement de perspective dans la mesure où l’espace devient l’objet d’étude et l’information épigraphique et/ou archéologique, une des propriétés de cet espace. Au lieu de considérer celui-ci comme simple support, il s’agit d’observer ce que les sources épigraphiques apportent à l’étude des processus de production d’espaces et des dynamiques territoriales. L’appréhension du monument/document épigraphique s’en trouve, de ce fait, modifiée, requérant de passer d’une approche idiographique dans laquelle il est perçu dans sa singularité – approche cependant préalable à toute démarche spatiale – à une approche sérielle. Suivant cette logique, il convient aussi de faire porter l’attention sur les relations – spatiales et temporelles – que le document épigraphique entretient avec les autres artefacts de même nature et, bien entendu, avec le contexte archéologique dans lequel il s’inscrit. Le programme porte plus particulièrement sur la « romanisation ». Le témoignage épigraphique est porteur d’indices, touchant à la fois aux champs politique, social et culturel qui renseignent sur ce phénomène : il s’agit d’utiliser la source pour mesurer la complexité du processus et en saisir toutes les nuances. À titre propédeutique, la recherche s’attache dans un premier temps, au très riche corpus d’inscriptions lapidaires de la cité de Nîmes ; elle sera prochainement étendue à celui de la cité de Fréjus. D’autres cités pourront venir ensuite compléter un catalogue d’études de cas destiné à grossir sans cesse, le cadre de la cité servant de référence institutionnelle, depuis la fin de la période républicaine jusqu’à l’Antiquité tardive. Pour atteindre leur objectif, les chercheurs engagés dans le programme ont élaboré une base de données numérisée, constituée de manière à intégrer toutes les informations dont sont potentiellement porteurs les monuments épigraphiques. La base comporte plusieurs tables, reliées entre elles par le truchement d’une table principale appelée « Monument ». Celle-ci comporte toutes les informations relatives à l’inscription et son support – le texte latin et sa traduction, les références bibliographiques, les caractéristiques matérielles du monument et de l’inscription, etc. et, surtout, les données se rapportant à la localisation et à la datation. À partir de la table « Monument », on accède aux tables « Individu », « Collectif », « Religion » et « Bibliographie » qui lui sont associées. Les tables comportent donc les enregistrements organisés en rubriques qui servent à stocker et afficher les données. Ainsi, chaque monument est traité à l’aide d’un enregistrement dans la table « Monument » associé à autant d’enregistrements dans la table « Individu » qu’il s’y trouve de noms de personnes mentionnées, auxquels s’ajoutent, le cas échéant, un ou des enregistrements « Religion » si l’inscription est dédiée à une ou plusieurs divinités et un ou des enregistrements « Collectif » si des groupes anonymes sont partie prenante, à quelque titre que ce soit, au monument. Les rubriques de cette base contiennent les informations résultant d’une enquête sur le monument lui-même (notamment dans sa dimension matérielle) et de l’analyse des données se rapportant aux individus (statut, type de dénomination, fonction, relation sociale etc.). De même, les références religieuses sont explicitées.

Test cartographique réalisé sur la combinaison de deux variables « type de monument funéraire » et « décor » (traitement des données : T. Huet ; fond de carte : UMR 5140, 2006 ; DAO : Marie-Jeanne Ouriachi).  NB : Les monuments, intégrés dans la base ArchaEpigraph,  pour lesquels une variable n’est pas renseignée, n’ont pas été cartographiés.

Test cartographique réalisé sur la combinaison de deux variables « type de monument funéraire » et « décor » (traitement des données Th. Huet ; fond de carte UMR 5140, 2006 ; DAO : M.-J. Ouriachi).
NB : Les monuments, intégrés dans la base ArchaEpigraph, pour lesquels une variable n’est pas renseignée, n’ont pas été cartographiés.

La base, constamment enrichie et complétée, régulièrement vérifiée et validée sert, suivant les questions historiques et archéologiques posées, à l’analyse des données épigraphiques : analyses multivariées, enquêtes statistiques et cartographiques sur les monuments – types architecturaux et iconographiques, types de formulaires –, et sur les individus – statuts des personnes, onomastique, réseaux de parenté ou sur les pratiques religieuses. Les premiers traitements réalisés ont permis de stabiliser la base de données dans sa conception globale et sa structure et ont montré toutes les potentialités heuristiques du système dans son ensemble.

Mise en réseau des monuments épigraphiques par les gentilices : la modularité (Community Detection) = nombre de liens par nœud et comparaison avec une distribution aléatoire (19 classes). Traitement des données Th. Huet.

Mise en réseau des monuments épigraphiques par les gentilices : la modularité (Community Detection) = nombre de liens par nœud et comparaison avec une distribution aléatoire (19 classes). Traitement des données Th. Huet.

 

Initialement porté par la MSHE C.-N. Ledoux (USR 3124 du CNRS) à Besançon, sous la coordination scientifique de Marie-Jeanne OURIACHI et grâce au soutien financier de la Région Franche-Comté, le programme se poursuit désormais avec la participation d’une quinzaine de chercheurs et enseignants-chercheurs rattachés à plusieurs institutions de recherche publiques en France et en Angleterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *