Table-ronde « Hiérarchie sociale et développement territorial en Gaule Narbonnaise et dans les provinces voisines : enquêtes au croisement de l’épigraphie et de l’archéologie spatiale ».

21-22 novembre 2019

Lieu : Université Paul-Valéry 3, site Saint-Charles, salle Kouros 

Table-ronde de clôture du programme Epispat (dir. C. Pellecuer, financé depuis 2016 par le LabEx Archimède – université Paul-Valéry Montpellier 3, avec la contribution du CEPAM – UMR 7264 université de Nice-Sophia Antipolis – CNRS) 

programme_table-ronde_EPISPAT_2019-11-21-22

La table-ronde, qui se tiendra 21-22 novembre 2019, à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, sera consacrée à la diffusion des acquis du programme Epispat. Les chercheurs impliqués dans ce programme ont en effet contribué au développement d’une base de données informatisée et initié des traitements statistiques et spatiaux, inspirés par l’archéologie spatiale, autorisant les croisements/confrontation avec l’information archéologique. Si les notables (et leurs familles, leurs réseaux de clientèles, leurs affranchis …) ont été mis à l’honneur parce qu’ils disposent d’un capital spatial étendu et complexe du fait de leur capacité à intervenir à la fois dans le chef-lieu de cité, les agglomérations secondaires et les campagnes, les autres habitants n’ont pas été ignorés puisqu’ils sont également impliqués dans les dynamiques territoriales et sont porteurs d’indices révélateurs des évolutions qui affectent les sociétés placées dans l’orbite de Rome.

La table-ronde mettra donc en valeur les développements méthodologiques d’Epispat et les résultats obtenus pour les cités de Nîmes et de Fréjus, choisies comme territoires de référence. Mais l’intérêt de cette table-ronde réside aussi dans la confrontation des configurations observées à Nîmes et Fréjus avec les résultats obtenus par les chercheurs travaillant sur les mêmes problématiques dans d’autres cités de Narbonnaise ou d’autres provinces de l’occident romain. Seront aussi pris en compte des espaces où l’épigraphie est rare, afin d’identifier les méthodes mobilisées dans l’identification des secteurs de la cité privilégiés par les élites (dans le cadre du développement d’une économie domaniale) et d’interroger les modalités d’expression – autres qu’épigraphiques – qu’elles mobilisent afin d’assurer leur visibilité.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.